Météo France : sale temps pour l’emploi

07 Février 2018

Météo France, frappée par la politique de non-remplacement des départs à la retraite, avait déjà fermé ses centres de Vichy et du Puy-en-Velay en 2012. L’hémorragie des emplois continue : 40 à 60 emplois sur les 180 que compte la région Auvergne-Rhône-Alpes sont programmés pour disparaître d’ici 2022. Des menaces de fermeture pèsent sur les antennes de Clermont-Ferrand et d’Aurillac, qui emploient chacune 17 salariés. Des fermetures pourraient toucher aussi celles de Montélimar, Chamonix et Bourg-Saint-Maurice d’ici 2022.

Météo France comptait 3 600 agents en 2009 et n’en compte plus que 3 000 en 2018. Et le gouvernement veut supprimer 470 nouveaux emplois, soit 15 % des effectifs.

Le vieux slogan est toujours valable : « Le temps est pourri, le gouvernement aussi. »

Correspondant LO