La Poste Paris 11- Paris 20 : pour se faire respecter !

07 Février 2018

Jeudi 24 janvier, 80 travailleurs de la poste Paris 11-Paris 20 sur environ 400, ont fait grève contre un nouveau projet que la direction veut mettre en œuvre.

La Poste supprime partout des emplois, au prix d’un allongement et d’un alourdissement des tournées, mais avec des dates différentes pour ses réorganisations dans chacun de trois services pourtant regroupés dans un même lieu, rue des Pyrénées à Paris : distribution dans le 11e arrondissement, dans le 20e et enfin le service de la collecte du courrier des boîtes aux lettres et auprès des entreprises.

Dans le 11e, la dernière réorganisation remonte à moins d’un an, tandis que dans le 20e elle était prévue pour novembre dernier, préparée le mois précédent par un vote du personnel auquel la section CGT avait appelé à ne pas participer, car le choix était entre deux scénarios qui entérinent les attaques de la direction. Le premier vise à supprimer six emplois sur 150, avec un cycle de travail qui oblige à travailler quatre samedis sur cinq et induit la perte de huit jours de repos à l’année, tandis que le second, encore pire, se solde par la perte de douze jours de repos.

Bien que seulement un tiers des facteurs concernés aient voté, quasiment tous pour le premier scénario par peur du second, la direction a validé le scrutin. Elle a cependant dû en reporter l’application à deux reprises, pour la fixer au 19 février prochain. La contestation a pu ainsi se poursuivre dans les mois qui ont suivi ce semblant de consultation, au fil de multiples prises de parole. Elles s’effectuent dans la rue, devant le bureau, du fait que la direction sanctionne celles qui se dérouleraient à l’intérieur. Des délégations ont permis à des facteurs d’exprimer ce qu’ils avaient sur le cœur. De son côté, la direction a vivement conseillé au personnel de demander aux syndicats d’accepter le premier scénario qui, pour être appliqué, nécessite la signature d’au moins deux d’entre eux du fait que le cycle de travail est sur cinq semaines, expliquant que, sinon, elle serait « obligée » d’appliquer le deuxième, pire. Effectivement, la CFDT et FO ont répondu à son appel.

C’est donc malgré ces pressions qu’une journée de grève vient d’avoir lieu, avec 50 travailleurs du 20e, 15 du 11e et 16 du service de collecte du courrier, qui doit être lui aussi restructuré, mais à une date encore différente ! En se retrouvant ensemble au matin de la grève, ils voulaient aussi faire la démonstration qu’ils refusent les divisions soigneusement entretenues par La Poste.

Correspondant LO