Grande-Bretagne : Carillion ou le parasitisme du capital

24 Janvier 2018

Le 15 janvier, le groupe britannique de construction et de services Carillion déposait son bilan. Il laissait sur le carreau non seulement les 46 000 travailleurs qu’il employait directement de par le monde (dont environ 20 000 en Grande-Bretagne), mais également ceux, bien plus nombreux encore, qui étaient employés par l’un de ses innombrables sous-traitants.

C’est en prenant leur poste ce matin-là que la plupart de ces travailleurs ont appris la nouvelle. Quant à ce qui suivra, nul n’en sait rien, et eux moins que quiconque. Certaines municipalités, hôpitaux et autres organismes publics, reprendront peut-être les travailleurs de Carillion, pour qu’ils continuent à faire le même travail. Mais, dans le meilleur des cas, ce sera seulement dans le cadre de contrats précaires. Quant aux 8 000 apprentis qui avaient été embauchés l’an dernier par Carillion, à grand renfort de flonflons dans le cadre d’une campagne très médiatique, ils ont été licenciés sur-le-champ.

Il faudra sans doute des mois pour pouvoir mesurer le coût réel de cette faillite pour le monde du travail. Et cela d’autant plus qu’il n’est pas impossible que l’onde de choc qu’elle a déclenchée dans la sphère financière, à la fois dans le système bancaire et sur les marchés boursiers, touche d’autres grandes entreprises similaires, voire entraîne la faillite de certaines.

La chronique d’une faillite annoncée

Carillion a été créé en 1999, pour profiter de la grande vague de passages en sous-traitance de pans entiers des services publics : bien qu’ayant été amorcée par Margaret Thatcher à la fin des années 1980, ce fut en effet à cette époque, après le retour des travaillistes au pouvoir, sous Tony Blair, que cette vague prit toute son ampleur.

Le groupe se lança alors dans une chasse effrénée aux contrats publics de sous-traitance, n’importe quel contrat. Et c’est ainsi qu’à la veille de sa faillite un tiers des activités du groupe étaient dans la santé publique : restauration, nettoyage et maintenance, parkings, renseignements. Un deuxième tiers concernait des tâches similaires pour d’autres organismes publics tels que grandes municipalités, armée, prisons, infrastructure ferrée. Enfin, le reste concernait sa participation à la maîtrise d’œuvre de grands projets, dont une ligne de réseau express trans-londonienne, la deuxième voie ferrée à grande vitesse du pays, ou encore deux grands hôpitaux.

Tant que la compétition n’était pas trop forte, les profits furent faciles et Carillion multiplia les rachats d’entreprises, en Grande-Bretagne mais aussi au Canada et au Moyen-Orient. Mais, comme les actionnaires encaissaient quelque 60 % des bénéfices du groupe, celui-ci devait emprunter aux banques pour financer ses acquisitions – ce qu’elles faisaient volontiers au vu du flot apparemment intarissable de l’argent étatique qui allait remplir les caisses de Carillion.

Puis vinrent les premiers chocs de la crise financière, en 2007. Avec les restrictions budgétaires imposées par les gouvernements successifs aux administrations publiques, les contrats de sous-traitance se firent plus rares, et donc la concurrence pour les obtenir plus forte, et leurs conditions devinrent plus restrictives.

Du coup, l’activité des dirigeants de Carillion commença à ressembler à une pyramide de Ponzi : pour obtenir de nouveaux prêts ou rééchelonner des prêts existants, il fallait pouvoir se prévaloir du nouveau flux de revenus associé à un nouveau contrat. Pour obtenir de nouveaux contrats, il fallait soumissionner à un niveau inférieur à celui des concurrents, souvent à prix coûtant, voire à perte. Mais, comme il n’était pas question de toucher aux dividendes ni au service de la dette, il fallait emprunter encore plus aux banques, etc. Jusqu’au jour de 2017 où la pyramide a commencé à piquer du nez, lorsque les bénéfices des vieux contrats n’ont plus suffi à couvrir les pertes des contrats plus récents : il y a eu un premier avertissement d’une baisse de bénéfices imminente, puis un deuxième. En un an, le cours de l’action Carillion a perdu plus de 80 %. Finalement, le 15 janvier, les banques ont jugé qu’elles n’avaient plus rien à obtenir de Carillion et elles ont tiré l’échelle.

Privatisation larvée

En fait, derrière la faillite de Carillion, apparaît la décrépitude et le parasitisme de tout un pan de l’économie britannique, qui s’est constitué au cours des trois dernières décennies autour du passage en sous-traitance, par tranches parfois infimes, de myriades d’activités qui relevaient auparavant du secteur public – une forme de privatisation larvée qui ne disait pas son nom.

Parmi les entreprises qui constituent ce secteur, on trouve de nombreux groupes comparables à Carillion, dont la situation s’en rapproche de plus en plus. Les plus importantes d’entre elles – Interserve, Capita, Mitie, Kier et Serco – emploient directement près de 300 000 salariés en Grande-Bretagne. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si le gouvernement May a jugé nécessaire d’ordonner sans attendre une enquête sur la situation financière d’Interserve, qui suit, presque au détail près, la même trajectoire que Carillion, avec tout au plus un ou deux mois de retard. A ceci près qu’Interserve emploie 80 000 salariés directs, près de deux fois plus que Carillion !

Des dizaines de milliers de travailleurs peuvent donc être directement affectés par les faillites passées et à venir dans ce secteur de la sous-traitance, mais ils ne sont pas les seuls. C’est ainsi qu’en décembre 2017 la faillite d’un autre groupe de ce secteur, Four Seasons Health Care (FSHC), a bien failli priver de toit 17 000 retraités en mauvaise santé qui vivaient dans les maisons de retraite médicalisées gérées en sous-traitance par ce groupe. Si cela n’a pas été le cas, c’est seulement parce que les municipalités concernées se sont débrouillées pour rogner sur leurs budgets et faire tourner les maisons de retraite avec le personnel abandonné par FSHC. Mais l’absurdité de la situation est que ces municipalités pourront être demain légalement contraintes d’offrir de nouveau ces maisons de retraite et leurs patients à l’avidité d’entreprises comme FSHC, pour qu’elles en fassent le même usage !

En tout cas, c’est tout un secteur de l’économie, dont les patrons et les actionnaires vivent en parasites des ressources de l’État, qui est désormais menacé de s’écrouler sous l’effet conjugué de leur avidité et de la crise.

François ROULEAU