Un instrument qui ira dans le lac

11 Janvier 2018

Depuis le 23 octobre des centaines de délégués sont réunis au siège des Nations unies, à Genève. Ils doivent mettre au point «un instrument légalement contraignant pour exiger le respect des droits humains par les multinationales », ce qui impliquerait des lois contraignantes pour mettre un frein à l’exploitation des travailleurs sur la planète.

Il faudrait pour cela d’abord que ces délégués se mettent d’accord, ce qui est délicat, ensuite qu’ils obtiennent le soutien des gouvernements des puissances impérialistes, ce qui est improbable, et enfin que les multinationales acceptent d’être contrô- lées, ce qui ne s’est jamais vu. Mais ça n’empêche pas de parler et, au fond, c’est bien la spécialité de l’ONU.