Passages à niveau, danger !

10 Janvier 2018

Une automobiliste a filmé, le 1er janvier, le passage d’un train traversant une route à l’entrée de Chabrières, dans les Alpes de Haute-Provence, alors que les barrières du passage à niveau étaient levées et que des voitures s’apprêtaient à s’engager.

Interviewé, un habitant du village a témoigné que ce passage à niveau était défectueux, les barrières restant parfois longtemps fermées sans qu’un train ne circule sur la voie, ou au contraire ouvertes comme c’était alors le cas. Un responsable de la Société des chemins de fer de Provence, qui exploite ce train des Pignes, a bien reconnu qu’il y avait effectivement « un dérangement du passage à niveau » et que, pour cette raison, les conducteurs des trains étaient avertis qu’ils ne devaient pas circuler au-delà de 10 km/h. Mais même à cette vitesse réduite, en cas de collision avec une voiture, cette dernière n’a guère de chance d’en sortir entière, pas plus que ses passagers !

Si la vidéo mise en ligne par cette automobiliste a largement circulé sur Internet, le même dérangement d’un passage à niveau s’est produit mercredi 3 janvier près de Cholet, dans le Maine-et-Loire, où les barrières, fermées, se sont levées juste au passage d’un train, alors que les gendarmes étaient déjà présents pour faire la circulation. Ce n’est pas un cas isolé : depuis l’accident de Millas, les témoignages sur les dysfonctionnements de barrières se multiplient, même si la situation ne devait pas être meilleure auparavant.

La plupart du temps, il n’y a heureusement eu aucune victime. Mais, sans que l’on connaisse encore les circonstances de ces accidents, un homme a perdu la vie sur un passage à niveau le 29 décembre près de Loches, en Indre-et-Loire, et un autre le 8 janvier, à Donges, en Loire-Atlantique.

Il y a chaque année en France une centaine de collisions sur des passages à niveau, causant une trentaine de morts et trois fois plus de blessés. Mais, pour la SNCF, il semble être urgent… de faire traîner les choses en longueur.

Marianne LAMIRAL