Musée Pinault : vitrine de l’art… et du capital

10 Janvier 2018

Le bâtiment de l’ancienne Bourse du commerce, situé dans le quartier des Halles à Paris, va devenir le musée d’Art contemporain du milliardaire François Pinault.

Ce bâtiment vieux de plusieurs siècles a été racheté par la mairie de Paris à la chambre de commerce et d’industrie (CCI) pour un total de 86 millions d’euros. Une bonne affaire pour la CCI, qui l’avait reçu en 1949 pour un franc symbolique et dont les investissements non amortis se monteraient à seulement un peu plus de quatre millions d’euros, selon un audit de la préfecture d’Île-de-France. C’est ce que révèle Le Canard enchaîné, à qui la mairie de Paris répond que le prix d’achat du bâtiment de 63 millions complété par l’indemnité pour investissements de 23 millions, soit un total de 86 millions, ne sont pas anormaux.

À ce cadeau à la CCI, la mairie ajoute d’autres étrennes, cette fois-ci à la famille Pinault, qui va disposer du bâtiment pendant cinquante ans moyennant « un loyer modique », selon le Canard.

François Pinault a construit sa fortune sur l’achat et la vente d’entreprises après licenciements et sur la spéculation en Bourse, sans négliger les paradis fiscaux et les dispositifs légaux favorisant les propriétaires d’œuvres d’art. Quant au futur musée, il ne veut pas, selon ses propres mots, que l’État finance ses « petites lubies artistiques ». La famille Pinault devrait donc prendre en charge son financement intégral, soit dix millions par an. Il est vrai que le musée lui rapportera bien plus… ne serait-ce qu’en faisant grimper la cote des œuvres détenues par la famille.

Sylvie MARÉCHAL