Des bons et loyaux services récompensés

10 Janvier 2018

Le gouvernement a confié la préparation de sa réforme de l’entreprise à un tandem constitué de Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin qui vient d’être évincé de la course à la succession pour la présidence du Medef, et de Nicole Notat, ancienne secrétaire de la CFDT. C’est l’occasion de récompenser deux fidèles serviteurs du patronat.

Michelin a affiché pour 2016 un bénéfice record de 1,7 milliard d’euros et une augmentation de 14 % des dividendes, ce qui ne l’a pas empêché l’été dernier d’annoncer la suppression de 2 000 emplois, dont 450 aux États-Unis et 1 500 en France pour les quatre ans à venir. Comme il s’agit de départs en retraite non remplacés, Senard a déclaré qu’il n’y aura « aucune souffrance sociale ». Et tant pis pour les jeunes qui resteront sur le carreau !

Quant à Notat, à la tête de la CFDT en 1995, elle s’était ouvertement opposée à la grève contre le plan du Premier ministre Juppé sur la Sécurité sociale et les retraites. Depuis qu’elle a quitté ses fonctions à la CFDT en 2002, elle préside une société, créée par la Caisse des dépôts, qui évalue l’image de grosses entreprises auprès de leurs clients et donne des conseils à leurs dirigeants pour effacer tout ce qui peut la ternir.

L’actionnariat de cette société, Vigeo-Eiris, est composé pour 62,3 % de banques et de fonds de pension, pour 24 % de « personnes et entités reconnues pour leur compétence en matière de mesure de la responsabilité sociale et environnementale » parmi lesquelles, cela va de soi, la CFDT et Notat elle-même. Enfin, 13,7 % du capital est détenu par des sociétés aussi éthiques que Total, Thalès, Veolia, GDF Suez, Vinci, Spie, Rio Tinto, Financière-Lafarge, Solvay, Saint-Gobain, le Crédit Lyonnais, Aventis, Manpower, Mac Donald, etc. Tout un programme !

J.S.