Maternités de Creil et Clermont : non à la fermeture !

03 Janvier 2018

Fin décembre, à la tribune du Parlement, la ministre de la Santé, au nom du gouvernement, a officialisé le projet de fermeture des maternités des hôpitaux de Creil et de Clermont dans l’Oise, où plus de deux mille accouchements sont réalisés chaque année. Les femmes enceintes devraient se diriger par leurs propres moyens vers le seul hôpital de Senlis, avec tous les risques que cela comporte.

Cela conduirait l’hôpital de Senlis à réaliser 4 000 accouchements par an. Mais cet hôpital ne possède ni les locaux, ni les équipements, ni le personnel soignant, ni les compétences pour faire face à cette mission. D’ailleurs la ministre et ses représentants le reconnaissent et déclarent qu’en cas de problèmes les enfants et les mères seraient… rapatriés sur Creil. Car à Senlis n’existe aucun service d’urgence pédiatrique, ni aucune réanimation, ni services d’urgences qualifiés, en particulier chirurgicales, ces derniers ayant été démantelés au fil des années passées.

La fermeture des maternités de Creil et Clermont est une partie du plan de 1,5 milliard d’économies prévu sur les hôpitaux. Macron et son gouvernement sont prêts à dégrader les conditions d’accouchement des milliers de femmes, forcément celles des quartiers populaires, pour économiser trois sous. Il appartiendra à la population et aux personnels des hôpitaux de mettre en échec, comme elle a su le faire dans le passé, ce projet irresponsable et criminel.

Correspondant LO