Wauquiez : président, mais de quoi ?

13 Décembre 2017

Laurent Wauquiez vient d’être élu président du parti Les Républicains par près de 75 % des votants alors que les plus connus des ténors de la droite ne s’étaient pas présentés.

Il n’annonce rien moins qu’une nouvelle ère pour la droite. Pour se démarquer des autres, il a mené une campagne très à droite, cherchant ce qui pouvait lui attirer les voix des adhérents LR. Afin de parer à la montée de l’extrême droite au détriment de son propre courant, il a multiplié les déclarations anti-immigrés, antimusulmans et antipauvres et n’a pas hésité à faire circuler des contre-vérités.

Ainsi, en septembre, Wauquiez avait lancé une pétition contre la création de camps de réfugiés « jungles » sur l’ensemble du territoire national, comme si le gouvernement avait eu un plan en ce sens. Se faisant le relais de la haine anti-immigrés, il a aussi traité d’assistés ceux qui, privés de travail, n’ont que le RSA pour vivre. Parallèlement, dénonçant le « veau d’or du libre-échange », il faisait semblant de dénoncer les conséquences de la mondialisation capitaliste.

Les Républicains ont perdu près de 100 000 adhérents suite au fiasco de la candidature de Fillon et au fait que leur électorat, comme le reste de la population, est de plus en désabusé par la politique de ses leaders. Dans cette ambiance de recomposition politique, chacun des chefs potentiels de la droite cherche sa place. Xavier Bertrand a choisi de se retirer du parti LR, se disant en désaccord avec son langage outrancier à droite. Pourtant, lui-même avait mené sa campagne régionale de 2015 en reprenant les thèmes de l’extrême droite, affirmant notamment : « Les migrants doivent savoir que l’Europe n’est plus un territoire où l’on peut trouver des prestations sociales ou du travail. » Bertrand avait profité de la veulerie de la gauche, qui avait appelé à voter pour lui contre le FN, pour devenir ainsi président de la région Hauts-de-France.

Combien seront-ils à suivre les pas de Xavier Bertrand ? C’est sûrement un des problèmes de Laurent Wauquiez. Pour le monde du travail, l’enjeu est de ne pas se laisser prendre aux surenchères des politiciens qui reprennent les préjugés les plus crasses en prétendant qu’ils ont des solutions aux difficultés rencontrées par la population.

Inès Rabah