Snecma – Yvelines : un licenciement choquant

13 Décembre 2017

Vendredi 1er décembre, c’est avec stupéfaction que l’équipe d’après-midi apprenait le licenciement d’un travailleur présent depuis près de vingt ans à la Snecma de Saint-Quentin-en-Yvelines (groupe Safran).

Immédiatement, la nouvelle s’est répandue dans tous les ateliers et la presque totalité de l’équipe du soir a débrayé, se retrouvant à plus de 70 dans l’allée centrale pour protester et demander des explications à la direction.

Le directeur de l’usine et le chef du personnel sont descendus très rapidement ! Il faut dire que cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de réaction aussi massive. La direction a tenté de se justifier sans évidemment convaincre personne.

Ce licenciement en catimini et sous des prétextes fallacieux est le quatrième perpétré par la direction en quelques mois. Elle semble appliquer à la lettre une politique de suppressions d’emplois à la mode dans le groupe. Mais cette fois la colère de tous ceux qui se sentent menacés s’est fait connaître. Dans les discussions qui ont suivi, l’idée d’être vigilant lorsqu’un collègue est convoqué par la hiérarchie, de le faire savoir et de réagir avant que la sanction ne tombe, fait son chemin.

La réaction spontanée des travailleurs présents a en tout cas averti la direction que le fait de priver un travailleur de gagne-pain, pour elle un simple geste comptable, ne passe pas parmi les collègues de ce dernier.

Correspondant LO