Onnaing : élection municipale

06 Décembre 2017

Le 3 décembre avait lieu une élection municipale à Onnaing, une commune ouvrière et rurale de près de 9 000 habitants située entre Valenciennes et la frontière belge, et où se trouve l’usine Toyota. La maire PCF, récemment élue sénatrice, ayant démissionné de son mandat de maire, l’opposition de droite en avait profité pour démissionner en bloc et provoquer cette élection, avant qu’un nouveau maire puisse être élu.

Finalement, cette manœuvre de la droite n’a pas été appréciée et la liste de la majorité sortante a été largement reconduite dès le premier tour, avec 1 525 voix et 56 % des suffrages exprimés, alors qu’au second tour de 2014 la coalition de gauche n’avait que 136 voix d’avance. Avec 798 voix (29,39 %) la droite a quatre élus.

Cinq listes se présentaient, dont pour la première fois une liste Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs, avec à sa tête Edith Weisshaupt, ouvrière chez Toyota et militante CGT, déjà candidate à l’élection législative de juin.

La campagne pour faire connaître la liste de candidats et donner les raisons de voter, a permis de faire entendre la voix de travailleurs conscients. 91 voix se sont portées sur la liste Lutte ouvrière (3,35 %), alors qu’il n’y en avait que 46 et 47 pour les élections présidentielle et législative précédentes. Malgré la participation moindre qu’à l’élection présidentielle, ce doublement des voix montre que le courant ouvrier représenté par la liste Lutte ouvrière est certes minoritaire, mais existe.

Correspondant LO