Des habitants solidaires

06 Décembre 2017

Face à l’acharnement des autorités à rejeter les migrants et à poursuivre ceux qui les aident dans la vallée de la Roya, ils sont de plus en plus nombreux à tenter, pour venir d’Italie en France, de passer plus au nord, malgré le froid et la neige des Alpes. Là aussi, des habitants leur viennent en aide.

Face à la misère, aux guerres, à un avenir sans espoir, le blocage des frontières ne dissuade évidemment pas les migrants, mais les pousse vers des chemins plus dangereux, dans l’espoir d’échapper aux contrôles. Une nouvelle route est donc en train de s’ouvrir, si l’on peut parler ainsi des chemins escarpés qui, par le col de l’Échelle, à plus de 1 700 mètres d’altitude, conduisent à Briançon.

Interceptés par la police, certains migrants ont été reconduits de l’autre côté de la frontière franco-italienne, en pleine neige. Des habitants font leur possible pour leur porter secours, malgré les contrôles policiers et des menaces de poursuites judicaires. Lors d’une manifestation le 23 septembre au col de l’Échelle, les gendarmes avaient contrôlé les véhicules et leurs occupants un par un. Dans la vallée de la Clarée, bien des habitants ont déjà logé et nourri des migrants frigorifiés qui frappaient à leur porte, avant de les aider à éviter les contrôles sur la route de Briançon où une association a organisé un accueil dans une ancienne caserne désaffectée. Depuis l’été dernier, celle-ci a accueilli temporairement plus de mille migrants.

« Ceux qui arrivent ici sont les survivants, ceux qui ne sont pas morts en chemin. Ils ont tous connu la Libye, la torture, les rançons », témoigne un bénévole. Cela n’empêche pas les autorités préfectorales de poursuivre la répression et le département des Hautes-Alpes de supprimer des aides en laissant les associations livrées à elles-mêmes.

Jean SANDAY