Sécurité sociale : le gouvernement soigne les patrons

08 Novembre 2017

Le vote du budget de la Sécurité sociale 2018 a eu lieu à l’Assemblée nationale fin octobre. La ministre de la Santé et de l’action sociale, Agnès Buzyn, a décrété qu’il fallait réduire son déficit de trois milliards. Comme d’habitude, sous ce prétexte, les dépenses de santé diminueront, tandis que les prélèvements sur la population augmenteront.

Parmi ces mesures, le forfait hospitalier passera de 18 à 20 euros. La journée de carence est de retour pour les fonctionnaires. L’allocation de garde d’enfant baissera. Les salariés et retraités seront ponctionnés par la hausse de la CSG de 1,7 %.

En revanche, dans la bataille pour redresser les comptes de la Sécurité sociale, pas question de mettre les riches à contribution !

La taxe sur les actions gratuites versée par les employeurs à la Sécurité sociale baisse de 30 % à 20 %. C’est un cadeau d’environ 120 millions aux entreprises, et en priorité aux plus grandes. Les actions gratuites accordées aux PDG et aux hauts cadres font partie de leur mode de rémunération. Ces bénéficiaires des actions gratuites seront également gratifiés par un régime d’imposition et de cotisations plus doux.

D’autre part, le gouvernement prévoit une « année blanche » pour les créateurs d’entreprise. Ceux-ci seront exonérés de toute cotisation sociale pour leur première année d’activité.

Pour annoncer les mesures d’économies qu’elle compte imposer à la population et au système de soins, la ministre avait déclaré récemment : « 30 % des dépenses (de la branche maladie) ne sont pas pertinentes. » On voit ce que sont selon elle les dépenses pertinentes.

Gaëlle Regent