CHR d’Orléans : “Cigognes mais pas pigeons”

08 Novembre 2017

C’est un des slogans affichés par le personnel de la maternité du Centre hospitalier d’Orléans (CHRO) qui s’est regroupé une nouvelle fois le jeudi 2 novembre devant le hall d’accès au public, dénonçant le manque d’effectifs et la détérioration de ses conditions de travail. Tous déclarent : « On est épuisés, on explose ».

Depuis le lundi 23 octobre, l’intersyndicale SUD-CFDT-CGT-FO a déposé un préavis de grève reconductible couvrant le personnel des services de maternité et gynécologie, environ 200 personnes. Dès ce jour, la direction a riposté en réquisitionnant tout le monde : sages-femmes, soignantes, auxiliaires de puériculture, infirmières, et ce de façon illimitée.

La semaine précédant cette action, le personnel avait envahi le conseil de surveillance qui se tenait sous la présidence d’Olivier Carré, le maire d’Orléans. Celui-ci avait promis une rencontre « très prochainement » avec une délégation. On a appris ensuite qu’elle se tiendrait seulement le 9 novembre.

Mais le personnel est bien décidé à tenir. Une pétition a été mise en ligne et les hospitaliers se préparaient à manifester dans les rues d’Orléans pour s’adresser à la population et obtenir son soutien.

Correspondant LO