Chômage : le patronat, seul responsable, doit payer

01 Novembre 2017

La convention d’assurance chômage conclue le 17 avril 2017 entre le précédent gouvernement et les syndicats, à l’exception de la CGT, entre en application à partir du 1er novembre.

Les nouvelles règles d’indemnisation du chômage vont avoir des conséquences catastrophiques pour les chômeurs, en particulier pour les salariés de plus de 50 ans et ceux qui sont en contrats précaires.

À partir du 1er novembre, les salariés licenciés de plus de 50 ans ne seront plus indemnisés que durant 24 mois, 30 mois à partir de 53 ans. Auparavant, tous les chômeurs de plus de 50 ans l’étaient durant 36 mois. Seuls les chômeurs de plus de 55 ans pourront désormais prétendre à une indemnisation d’une durée de 36 mois. Ce sont les plus de 50 ans qui sont les plus touchés par le chômage, car les patrons se débarrassent d’eux en priorité et il leur est encore plus difficile de retrouver un travail. Ce sont eux qui constituent la majeure partie des chômeurs de longue durée. Ces travailleurs se retrouveront donc ainsi plus vite en fin de droits, avec le seul RSA pour vivre.

Les travailleurs en contrat précaire pâtiront également d’une de ces nouvelles règles. Jusque-là, un travailleur payé par exemple 6 000 euros pour un CDD de 18 semaines touchait 31 euros d’indemnité journalière, alors que pour une même paie celui qui enchaînait 18 CDD de cinq jours touchait 38,69 euros. Désormais, l’un comme l’autre toucheront l’indemnité la plus basse, à savoir 31 euros. Selon l’Unedic, l’équivalent de 810 000 personnes par an, toutes celles qui ont des contrats très courts, pourraient subir une baisse de leur revenu allant jusqu’à 31 %.

Et les attaques contre les chômeurs ne sont pas finies. Macron prévoit encore des changements concernant l’assurance chômage pour l’été 2018, dont on sait par avance dans quel sens ils iront. N’avait-il pas déclaré, durant sa campagne présidentielle, qu’il fallait sortir « réellement d’un système assurantiel où chacun se dit : j’ai cotisé, j’ai droit à être indemnisé ».

L’argument essentiel destiné à justifier toutes ces attaques n’est pas nouveau : il faut combler le déficit des comptes de l’Unedic. Les mesures entrées en vigueur le 1er novembre permettraient de faire 550 millions d’euros d’économies en 2018, puis 920 millions d’euros par an. Et de nous annoncer un déficit d’un montant de 3,8 milliards d’euros qui ne cesserait de se creuser. Cette justification est maintes fois répétée, pour faire tenter de nous faire oublier que les seuls responsables du chômage sont les patrons et qu’il serait par conséquent normal de prendre sur leurs profits pour maintenir emplois et salaires.

Aline RETESSE