Lycée Louise-Michel : pour des conditions de travail dignes

11 Octobre 2017

Jeudi 5 octobre, à la récréation du matin, les enseignants du lycée Louise-Michel de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, ont arrêté le travail et ont rassemblé les élèves dans la cour, rejoints par les agents.

Devant l’impossibilité de faire fonctionner la cantine, le proviseur a décidé de fermer le lycée pour la journée. Le lendemain matin, les lycéens ont bloqué l’entrée dès 7 h 30 et sont partis à la préfecture en une manifestation dynamique.

Les raisons de cette colère : les conditions de travail se sont fortement dégradées depuis plus d’un an. Les agents d’entretien et de cantine sont en sous-effectif ; ils sont surchargés de travail et n’arrivent plus à accomplir correctement leurs tâches. Les salles et les toilettes sont insuffisamment nettoyées, et les files d’attente à la cantine s’allongent. Parfois, faute de personnel suffisant pour la vaisselle, on utilise des assiettes et des couverts en plastique. À cela s’ajoutent la vétusté du matériel et des locaux et, depuis la rentrée, des dysfonctionnements du réseau informatique.

Cette situation est due à la suppression de deux postes d’agents en contrat unique d’insertion (CUI) par la région Île-de-France en avril 2016, et au fait que les agents malades ne sont pas remplacés. Les agents estiment qu’il leur manque trois postes pour travailler normalement.

Lundi 9 octobre, un nouvel agent contractuel a été affecté au lycée. Les agents, enseignants et lycéens sont satisfaits de s’être fait entendre. Mais ils ne comptent pas en rester là.

Correspondant LO