Geodis-Calberson : concertation à la sauce patronale

11 Octobre 2017

Le 4 octobre, un rassemblement devant l’entreprise Geodis Calberson à Gennevilliers a regroupé environ 150 personnes. En effet trois délégués de la CGT étaient convoqués à des entretiens préalables pouvant aller jusqu’au licenciement les 2, 3 et 4 octobre.

Qu’avaient-ils fait de si répréhensible ? Ils avaient organisé le 7 septembre dernier à midi une distribution de tracts contre les ordonnances Macron, appelant à la manifestation organisée à Paris le 12 septembre. Le fait que le syndicat tente ainsi de s’adresser à tous, y compris aux cadres qui venaient au restaurant d’entreprise, a déplu à la direction qui n’a pas hésité à faire venir un huissier.

Ces gens-là pensent que, s’il n’y avait plus de syndicats, la discussion avec les salariés serait facilitée. Ainsi, ils n’ont pas attendu les ordonnances Macron pour instaurer la précarité, faisant en sorte qu’il y ait sur le quai 120 intérimaires pour une soixantaine de salariés en CDI de Calberson. En même temps, les conditions de travail se dégradent pour tous.

Heureusement, la réaction a été unanime. La direction avait annoncé qu’elle donnerait sa réponse dans les 48 heures, mais n’avait encore rien dit. Tous les salariés attendent la suite de pied ferme.

Correspondant LO