19 octobre et au-delà : unir les protestations en une seule force

11 Octobre 2017

Les directions des syndicats CGT, FO, CFDT, CGC, Solidaires, UNSA, FSU et d’organisations de jeunesse se sont retrouvées lundi 9 octobre pour discuter d’un appel commun à la mobilisation contre les ordonnances Macron. Il n’y a pas eu d’accord entre les confédérations, mais la CGT appelle, à juste titre, à une nouvelle journée de grèves et manifestations le 19 octobre.

Ces mêmes directions syndicales ont prévu de se revoir le 24 octobre. Les représentants de la CFDT, de FO et de la CGC ont laissé entendre qu’à cette occasion ils pourraient changer d’avis et se joindre peut-être à une nouvelle journée de mobilisation qui aurait lieu vers la mi-novembre. Mais alors pourquoi attendre ? La responsable de la CFDT a dit qu’elle voulait « en savoir plus sur les intentions du gouvernement ». Après toutes les mesures antiouvrières dégainées par le gouvernement, que veut-elle savoir de plus des intentions de Macron ? La guerre est ouverte contre les travailleurs, et les dirigeants syndicaux font mine de ne pas la voir.

Il y a eu les deux journées de mobilisation du 12 et du 21 septembre, appelées par la CGT. Puis, différentes catégories de travailleurs ont protesté : les routiers la semaine du 2 octobre, les travailleurs de la fonction publique le mardi 10 octobre. Ceux de la métallurgie y étaient appelés le vendredi 13 octobre. La journée du 19 permettra d’unir la protestation et de montrer que le monde du travail doit viser à un mouvement commun regroupant toutes les branches, toutes les catégories, ceux du public comme ceux du privé. Et elle permettra à tous ceux qui y participeront de chercher à entraîner leurs camarades de travail, leurs voisins ou leur famille pour la journée suivante.

Il n’y a qu’en allant vers un mouvement général que la classe ouvrière pourra faire entendre ses intérêts collectifs et rassembler ses forces, de façon à faire reculer le gouvernement.

Pierre ROYAN