13 octobre : manifestation nationale des victimes de l’amiante

04 Octobre 2017

Cette année, la manifestation nationale des victimes de l’amiante mérite une mobilisation exceptionnelle. Ces derniers mois, la justice a rendu coup sur coup des décisions tendant à mettre un terme aux procédures dirigées contre une partie des patrons responsables de l’utilisation de l’amiante aux dépens des travailleurs et de leur vie.

Une première décision de justice a mis fin à quinze dossiers de poursuites, et une autre annule la mise en examen de neuf hauts responsables de cette catastrophe sanitaire. Chacun sait que des dizaines de milliers de travailleurs ont été condamnés à mort par les grands groupes capitalistes qui, au nom de leurs profits, ont sciemment utilisé l’amiante jusqu’à son interdiction, voire même encore après, en sachant pertinemment quelles en seraient les conséquences tragiques pour leurs salariés. Des centaines de milliers d’autres salariés ont été intoxiqués gravement.

Les responsables gouvernementaux et étatiques, chargés en théorie de la sauvegarde de la sécurité des salariés au travail, ont été les complices actifs des industriels empoisonneurs. En France, après une première interdiction partielle dans le bâtiment, l’amiante n’a été interdit définitivement qu’en 1997, alors qu’il l’a été bien plus tôt dans la plupart des grands pays industriels, y compris aux USA. Et cela seulement à la suite des mobilisations initiées par des militants isolés.

Les victimes, les familles des victimes bien souvent décédées, ont tout fait, avec l’aide de l’Andeva, pour qu’au-delà des réparations matérielles très partielles qui pouvaient leur être attribuées des procès se tiennent pour juger du crime d’empoisonnement commis. Mais les gouvernements, l’État et toute une partie de l’appareil judiciaire se sont mobilisés pour empêcher qu’aussi bien les industriels assassins que leurs complices gouvernementaux ou étatiques puissent être jugés. C’est allé du refus de mettre les moyens nécessaires pour mener à bien l’instruction jusqu’au dessaisissement de juges trop zélés ou au changement de la loi, pour faire traîner une affaire entamée il y a vingt ans.

Les travailleurs doivent manifester face à ce scandale qui, à chaque étape, ajoute l’odieux à l’inadmissible, en donnant l’image crue mais bien réelle de ce système capitaliste.

Lutte Ouvrière s’associe à l’appel de l’Andeva (Association nationale des victimes de l’amiante) qui appelle à manifester : Vendredi 13 octobre à 14 h à Paris départ de la tour Montparnasse (métro Montparnasse-Bienvenüe)

Paul SOREL