Hausse des carburants : une nouvelle ponction sur la population

27 Septembre 2017

Le porte-parole du gouvernement vient de confirmer une augmentation de 7,6 centimes sur le diesel, et d’environ 3,9 centimes sur l’essence.

Au nom de la convergence des tarifs entre le diesel et l’essence, le gouvernement a fait le choix d’augmenter les deux. Bien évidemment il n’a pas choisi de baisser les taxes sur l’essence. La baisse du prix du pétrole entre janvier et septembre 2017 aura pour avantage de rendre moins violente cette nouvelle ponction sur l’ensemble de la population et permet au gouvernement de se justifier.

Derrière les arguments écologiques sur le niveau de pollution dû au diesel par rapport à l’essence, il y a la recherche de nouvelles recettes. Cette augmentation devrait rapporter deux milliards de plus en 2018 alors que le produit des taxes sur les produits pétroliers représentait déjà la quatrième recette de l’État en 2015. Nicolas Hulot, qui soutient cette mesure et se targue d’écologie, se comparait en juin dernier à un funambule qui doit regarder au loin, expliquant que ses choix ne seraient « pas immédiatement compréhensibles si on ne les inscrit pas dans une vision de long terme ».

À court comme à long terme, cette hausse ne résout en rien la pollution mais elle se traduira immédiatement par une perte de pouvoir d’achat.

Inès Rabah