AZF – Toulouse : Total doit être condamné

27 Septembre 2017

Le 21 septembre ont eu lieu les commémorations de l’explosion de l’usine AZF qui, en 2001, avait dévasté les quartiers populaires de Toulouse, faisant plus de trente morts, des milliers de blessés et des dizaines de milliers de sinistrés.

Des sinistrés ont refusé de se joindre à la commémoration officielle qui regroupait les autorités locales et les représentants de Total, une commémoration rassemblant les victimes avec les coupables. Cette année encore, à l’appel de l’Association des sinistrés du 21 septembre, de l’association Plus jamais ça, et de sinistrés de la cité du Parc et du grand Mirail, c’est au Rond-point du 21 septembre qu’une centaine de personnes se sont regroupées. Les banderoles réclamaient la condamnation de Total, coupable de négligences en matière de sécurité dans sa filiale.

Cette culpabilité a été mise en évidence lors de chacun des procès, en particulier lors du second procès en appel de 2012, condamnant le directeur et la filiale. Ce jugement ayant été cassé, le troisième procès en appel qui s’est déroulé au printemps 2017 a montré une nouvelle fois comment les dirigeants de Total essaient de se disculper : « On ne sait pas ce qui s’est réellement passé. » Comme le disait une sinistrée lors du procès : « Et que penser de la direction d’un grand groupe international comme Total, qui affirme sans rire après plus de quinze ans d’investigations, de recherche, qu’elle ne sait toujours pas pourquoi une de ses usines a explosé en dévastant une ville entière ? Ils ne savent pas ? Eh bien, cela signifie que ces gens-là sont dangereux, et qu’il faut au minimum leur enlever l’accréditation de diriger des entreprises de catégorie Seveso 2. »

Correspondant LO