Pollueur et menteur

13 Septembre 2017

La fraude de PSA aurait porté sur près de 2 millions de véhicules, correspondant à un chiffre d’affaires minimal de 33,86 milliards d’euros. Comme Volkswagen, Fiat, Chrysler ou Renault, la direction de PSA a pu calculer que, au vu de ce que pouvait rapporter la fraude, se faire prendre et devoir payer une amende était un risque à courir. PSA risque au maximum 5 milliards d’euros d’amende : c’est moins que les 7 milliards donnés en 2012 par Hollande et Montebourg, son ministre de l’Économie, suite au plan de licenciements annoncé par le groupe.

Par contre, toute la société paie cash la fraude à la pollution de PSA et des autres groupes automobiles. Au printemps dernier, une étude révélait que 38 000 décès seraient dus, dans le monde, au dépassement des limites réglementaires d’émission d’oxyde d’azote par les voitures diesel, notamment dans l’Union européenne, en Inde ou en Chine.

Mais qu’importe à la direction de PSA, tant que ses actionnaires continuent à engranger les profits.

Jacques Le Gall