À Lannion : menace sur 91 emplois

13 Septembre 2017

L’inauguration des locaux flambant neufs de l’entreprise Nokia, à Lannion dans les Côtes-d’Armor, devait avoir lieu en septembre. Or 91 emplois vont être supprimés dans les mois à venir, sur les 767 que compte l’entreprise.

Cela intervient dix-huit mois après le rachat d’Alcatel-Lucent, rachat qui s’était déjà traduit par 400 suppressions de postes. Un certain Macron, alors ministre de l’Économie, était venu à Lannion vanter un accord prévoyant la préservation des emplois. En décembre 2016, c’est Le Drian, alors ministre de la Défense et président de la région Bretagne, qui accompagnait un responsable de Nokia promettant l’embauche de 100 ingénieurs.

Après la surprise, c’est la colère qui gagne les salariés de l’entreprise, car cette nouvelle saignée ne passe pas. « C’est le huitième plan social en dix ans », a rappelé l’intersyndicale. Une première assemblée générale a réuni 300 salariés jeudi 7 septembre, et il n’est pas dit que les consultations avec les représentants du personnel prévues le 18 septembre se passent dans le calme.

Quant à l’inauguration des locaux, elle est, paraît-il, remise à plus tard.

Correspondant LO