Mardyck – Nord : Total épargné, un ouvrier condamné

06 Septembre 2017

Le 29 janvier 2009, dans la raffinerie Total de Mardyck près de Dunkerque (devenue depuis un dépôt), deux employés de la société sous-traitante Ortec devaient pomper des boues résiduelles dans une fosse d’un atelier. Leur camion, encore chargé de 600 litres d’essence d’une précédente opération, est entré dans cet atelier exigu. Au cours du pompage, une étincelle d’électricité statique a entraîné l’explosion des vapeurs d’essence, tuant un ouvrier et en blessant cinq autres, dont le conducteur du camion.

Le chauffeur du camion vient d’être condamné à un an de prison avec sursis, la société Ortec à 56 000 euros d’amende et Total à 3 750 euros. Total, qui devrait être responsable de ce qui se produit sur son site, est donc condamné à une amende dérisoire.

Total se retranche derrière le plan de prévention mis en place. Mais l’avocate du travailleur condamné dit, elle, qu’aucun des actes qui lui sont reprochés et qui ont conduit à l’explosion n’était dans le plan de prévention prévu par Total. Notamment, le camion n’aurait pas dû entrer dans l’atelier ; bien que transportant des carburants il n’était pas équipé de clapet anti-retour ; la prise de terre n’était pas conforme, etc.

En fait, Total se décharge de ses responsabilités sur un sous-traitant et sur des salariés mis sous pression par les cadences de travail pour aller toujours plus vite. Et, au final, une justice de classe absout presque complètement Total !

C’est pour cela qu’il faut que les travailleurs prennent leurs affaires en main et imposent une réduction des cadences et un contrôle de la sécurité.

Correspondant LO