Loi travail : une attaque générale

06 Septembre 2017

Les ordonnances permettant au gouvernement de modifier certaines dispositions du Code du travail sont loin d’être une attaque exclusivement tournée contre les salariés du privé. Elles visent tous les travailleurs, depuis les travailleurs qui ne trouvent que des emplois précaires jusqu’aux fonctionnaires titulaires.

D’abord, elles font partie d’un ensemble, comprenant l’augmentation de la CSG pour tous, le gel du point d’indice, donc des salaires, et les suppressions de postes dans la fonction publique, la suppression de 150 000 contrats aidés. De plus, les travailleurs sous contrat de droit privé sont de plus en plus nombreux dans les services publics, avec toutes les formes possibles et imaginables de contrats. Enfin, chacun doit avoir en mémoire la façon dont les gouvernements ont procédé pour la retraite. L’État et le patronat avaient d’abord attaqué dans le privé, prétendant que les caisses étaient en faillite. Puis ils ont aligné les retraites des fonctionnaires, prétendant mettre ainsi tout le monde sur le même pied. Ils se préparent désormais à faire reculer de nouveau l’âge de départ en retraite, cette fois pour tout le monde en même temps. De façon plus générale, il est certain que la destruction du contrat de travail dans le privé voudrait être le prélude à une attaque en règle contre les salariés des services publics.

Il y a déjà dans ce pays des millions de travailleurs qui ne sont protégés par aucun statut. Ils vont de contrats d’intérim en CDD, entrecoupés de périodes de chômage et de contrats dans les collectivités locales. Le contrat de travail que les ordonnances cherchent à détruire n’existe déjà plus pour eux, ils sont soumis aux conditions de travail et de salaire qu’ils trouvent dans leurs différents emplois. C’est bien pourquoi ils ont intérêt, eux les premiers, à ce que les conditions générales ne se dégradent pas encore plus. En matière de condition ouvrière, un recul pour les uns est un recul pour tous.

Paul GALOIS