Charente : suppression des emplois aidés

06 Septembre 2017

Écoles, « une rentrée explosive », dit le maire LR d’Angoulême ; « Nous sommes dans la mouise », dit le maire de la petite commune de Marillac-Yvrac. Aux difficultés habituelles de la rentrée, comme les interrogations sur le maintien ou non de certaines classes, s’est ajoutée cette année la disparition soudaine des emplois aidés. Certaines communes ont transformé ces emplois (mais une partie seulement) en CDD. D’autres communes, les plus modestes, notamment en zone rurale, effectuent une rentrée dans une confusion totale, au point de ne pas pouvoir assurer le repas des enfants, ou d’interrompre le ramassage des élèves par les bus scolaires, comme c’est le cas à Montembœuf.

Dans beaucoup d’écoles, le temps d’activités périscolaires (TAP) disparaît, soit immédiatement, soit après les vacances de Noël, et les enfants seront placés en garderie. La semaine de quatre jours et demi (avec école le mercredi matin), qui entraîne des frais supplémentaires d’animation, sera abandonnée, prévoient nombre de maires.

Correspondant LO