Au nom du pèze, du fisc et du saint-bénéfice

06 Septembre 2017

Après toute une vie à s’enrichir au service des grands actionnaires, Didier Pineau-Valencienne s’est fait construire une chapelle privée dans son jardin en Vendée. Tenait-il à remercier le ciel pour n’avoir pas accompli de peine, quoique reconnu coupable de faux et d’escroquerie lorsqu’il était encore à la tête de Schneider Electric ?

L’Église a soutenu cette opération. Barbarin, le cardinal-archevêque de Lyon, a participé à une messe dans ledit jardin, pour remettre un bout de la chasuble de feu Jean Paul II en guise de relique.

Un jour, il y aura des musées en souvenir du capitalisme et de l’obscurantisme, avec des portraits de Barbarin et Pineau-Valencienne en guise de reliques. Ça fera sourire les enfants.