Une condamnation scandaleuse

09 Août 2017

Le 8 août, Cédric Herrou a été condamné par la cour d’appel d’Aix-en-Provence à quatre mois de prison avec sursis pour avoir aidé des migrants. Agriculteur dans les Alpes maritimes, il les aide à passer la frontière italienne et, au fil des mois, en a hébergé plusieurs centaines sur sa propriété, dans la vallée de la Roya.

Le tribunal a décidé qu’il ne pouvait pas bénéficier des dispositions qui exemptent de poursuites l’aide apportée aux étrangers en séjour irrégulier et en situation de détresse, car il revendique « une démarche d’action militante pour soustraire des étrangers aux contrôles mis en œuvre par les autorités ».

Cédric Herrou revendique en effet son action. Il se considère comme « un lanceur d’alerte » qui se met dans l’illégalité « parce que l’État s’est mis dans l’illégalité ». L’État refuse de prendre en charge des réfugiés mineurs arrivés sur le territoire français alors qu’il devrait les confier à l’aide sociale à l’enfance et les fait renvoyer par sa police sans même les informer de leurs droits. Dans le département des Alpes maritimes, il n’existe aucun centre d’accueil et d’orientation pour migrants, donc aucune possibilité de déposer une demande d’asile. Et Eric Ciotti, député Les républicains et président du conseil départemental, ne trouve rien de mieux à dire que dans les centaines de migrants passés grâce à Cédric Herrou, il pourrait y avoir un « futur terroriste ».

Après plusieurs procès, six gardes à vue, une interdiction de sortir du territoire et l’obligation de pointer à la gendarmerie, Cédric Herrou, appuyé par les militants de Roya citoyenne et plusieurs organisations humanitaires, est bien décidé à ne pas lâcher prise. Ils doivent avoir la solidarité de tous ceux qu’indigne la politique gouvernementale à l’égard des migrants.

S. M.