Silicon Valley, à la pointe des préjugés

09 Août 2017

Un ingénieur de chez Google a déclenché une polémique en expliquant dans une note interne la faible représentation des femmes dans les milieux informatiques par des causes biologiques : les hommes seraient plus compétents dans les fonctions de direction et de programmation, alors que les femmes seraient plus portées vers les « sentiments et l’esthétique plutôt que vers les idées ».

La direction de Google a réagi en licenciant l’auteur de ce texte. Mais les préjugés sexistes dont il fait l’étalage sont largement partagés par les dirigeants des entreprises de la Silicon Valley où les femmes sont ultra-minoritaires. Récemment, le PDG d’Uber a été contraint de démissionner, accusé d’avoir laissé s’installer, par son comportement et ses propos, une culture d’entreprise sexiste et discriminatoire.

Comme quoi, on peut être à la pointe de la technologie et brasser des préjugés aussi réactionnaires qu’éculés !