Dealers gouvernementaux

09 Août 2017

Le Premier ministre Édouard Philippe a plusieurs fois brodé ces derniers temps sur le thème : « Les Français ont une addiction à la dépense publique ». Philippe ne va pas jusqu’à dire qu’il n’aurait en face de lui que des drogués, mais ce bon docteur veut bien soigner la population.

En l’occurrence, il veut la sevrer en sabrant encore plus dans les dépenses publiques indispensables aux classes populaires. Car bien sûr, c’est cela qui lui importe, à lui, à ses pareils et aux capitalistes qu’ils servent.

Cette année, les grandes ent reprises, celles du CAC40, ont fait près de 76 milliards de profits au total – un record depuis 2010 – et ont distribué 46 milliards de dividendes à leurs actionnaires, du jamais vu depuis 2003. Sachant que les profits de ces géants de la finance, de l’industrie et du commerce ont grimpé en moyenne de 54 % en trois ans, et que les résultats attendus pour 2017 devraient être encore plus élevés, il y aurait matière à y voir une grosse addiction de leur part aux profits et aux dividendes.

Mais là, Philippe n’envisage nullement de sevrer le grand patronat et les très riches. Au contraire, il va augmenter de plusieurs milliards la dose des cadeaux fiscaux de l’État au patronat. Et ce n’est qu’un début !