Allègements pour les riches

09 Août 2017

Le 20 juillet, le ministre de l’Économie Bruno Lemaire annonçait devant le Sénat une nouvelle mesure en faveur des riches : la suppression de la taxe de 3 % sur les dividendes, qui pourtant rapportait autour de deux milliards d’euros par an à l’État.

Ce cadeau s’ajoute à quelques autres mesures fiscales récemment annoncées : transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière, en retirant les placements financiers de l’assiette du nouvel impôt, ce qui fera économiser quelque 3 milliards par an aux riches assujettis à cet impôt ; mais aussi abandon de la progressivité des impôts sur le revenu du capital.

En plus, Bruno Lemaire s’est engagé à réduire l’impôt sur les bénéfices des sociétés pour le porter à 25 % en fin de quinquennat, au lieu de 33 % aujourd’hui.

Les promesses de Macron de baisser les impôts sont en train de se réaliser, mais c’est pour alléger les impôts des gros possédants. Pour financer ces cadeaux à la bourgeoisie, le gouvernement a montré qu’il n’hésitera pas à faire payer les salariés et retraités modestes : la diminution des APL et l’augmentation annoncée de la CSG de 1,7 % en donnent déjà une idée.

Gaëlle Regent