Hongrie : Netanyahou soutient l’antisémitisme

26 Juillet 2017

Le 16 juillet, en invitant Benjamin ­Netanyahou à Paris pour lui servir de témoin moral dans la dénonciation de l’antisémitisme, Macron n’aura pas été très regardant.

Dès le lendemain Netanyahou se rendait en Hongrie pour soutenir le Premier ministre Viktor Orbán. Non seulement celui-ci n’a de cesse de réhabiliter l’amiral Horthy, antisémite notoire allié de Hitler durant la Seconde Guerre mondiale, mais il alimente depuis des mois une campagne aux relents antisémites contre George Soros.

Le milliardaire américain d’origine juive hongroise est la cible des calomnies du gouvernement Orban car il finance en Hongrie des ONG favorables aux minorités non magyares, aux migrants refoulés et maltraités par la police, et une université privée plutôt hostile au pouvoir. L’ambassadeur d’Israël en Hongrie, qui avait dénoncé une campagne d’affiches « qui évoque de tristes souvenirs et sème la peur et la haine », a été sèchement recadré par Netanyahou.

Celui-ci reproche à Soros de soutenir, en Israël, des ONG trop critiques vis-à-vis de l’occupation de la Palestine. Netanyahou partage surtout avec Orban et les chefs d’États polonais, tchèques et slovaques qu’il devait rencontrer à Budapest la même hostilité à l’accueil en Europe des réfugiés fuyant la guerre au Moyen-Orient.

Netanyahou, le dernier ami de Macron, n’hésite pas à cautionner des politiciens réactionnaires prêts à s’appuyer sur les pires préjugés racistes et antisémites.

Xavier LACHAU