Front national : dans le camp des patrons

26 Juillet 2017

À l’issue de son séminaire de « refondation » tenu les 22 et 23 juillet, le Front national a publié un communiqué qui insiste sur la nécessité de reléguer la sortie de l’euro au second plan derrière la défense de la « souveraineté territoriale, et donc de la maîtrise de nos frontières migratoires et commerciales ». De cette réunion, il n’est donc rien sorti de nouveau. Quel que soit l’ordre de ses « priorités », le Front national continue de montrer du doigt les immigrés, les étrangers, à prétendre que les travailleurs sont protégés par les frontières monétaires et autres. Cette démagogie continue à semer la division entre travailleurs. Et diviser les travailleurs, c’est bien aider les patrons à régner.

« Contre le gouvernement Macron, soutenez la seule opposition », peut-on lire sur le site du Front national. Mais une opposition qui promet aux entrepreneurs une « respiration fiscale », donc de nouvelles baisses d’impôt pour les patrons. Une opposition qui défend l’armée dont la bourgeoisie s’est toujours servie contre les travailleurs. Marine Le Pen a en effet dénoncé avec virulence les prétendues restrictions du budget de la Défense nationale, parlant de « sacrifices scandaleux » et défendant le général démissionnaire.

Quant à sa critique de la réforme du Code du travail, Marine Le Pen ne le fait que du point de vue des patrons. Ainsi, que propose le FN face à la loi travail sur son site ? Il propose « un vrai projet pour les entreprises », à savoir « 2 % de l’assurance vie pour doper l’innovation en France, libérer l’accès au crédit pour les TPE/PME avec des taux préférentiels, centrer le CICE sur les PME et les start-up. » Il ne s’agit là que de mesures favorables au patronat.

Les travailleurs qui pensent voir en Marine le Pen une opposition à Macron se trompent gravement. Tout comme lui, elle se place dans le camp des riches et patrons.

Aline RETESSE