ASL – Vernon : quinze jours de protestation

11 Juillet 2017

Le site ASL de Vernon dans l’Eure, qui fabrique notamment les moteurs d’Ariane, a connu une quinzaine de jours de mobilisation contre une baisse importante, de plusieurs milliers d’euros par salarié, de l’intéressement et de la participation.

La Snecma Vernon, avec Astrium aux Mureaux et Herakles en Gironde, est un des sites intégrés dans Airbus ­Safran Launchers (ASL), la coentreprise créée par Safran et Airbus pour la production, la commercialisation et le lancement de la future Ariane 6.

Cette création d’ASL, avec la bénédiction de l’Europe et de l’État français, est présentée comme une réponse à la concurrence incarnée par les fusées réutilisables Space X, du milliardaire américain Elon Musk, soutenu par la Nasa. ASL a claironné que son ambition est de faire de 40 à 50 % d’économies sur le coût de production des futures Ariane. La baisse de l’intéressement et de la participation 2017 est la première attaque d’envergure de la direction.

À Vernon, la protestation est née d’une heure d’information syndicale le 20 juin, qui a rassemblé 300 travailleurs, et notamment des têtes nouvelles : beaucoup de jeunes embauchés, des ouvriers ou des techniciens, mais aussi des ingénieurs et des cadres. L’assemblée, comme tous les rassemblements qui ont suivi, a été très vivante, et c’est de cette large discussion qu’est sorti l’appel à un premier débrayage. Le 27 juin, les travailleurs mobilisés ont ensuite opté pour des débrayages journaliers, qui ont eu lieu jusque début juillet. Près de 500 personnes ont participé à l’un ou l’autre des débrayages du 28 juin. Et les suivants ne sont guère descendus sous les 200 participants.

Un grand moment a été celui où le directeur est venu expliquer que la direction n’avait jamais fait miroiter aux nouveaux embauchés, déçus par les salaires, la possibilité d’une prime de participation-intéressement conséquente. Une forêt de mains s’est levée pour le démentir.

Cette mobilisation a eu lieu dans tous les sites ASL, et c’est de bon augure pour la suite.

Correspondant LO