Ardennes-Forges Nouzonville : inique !

11 Juillet 2017

En 2010, deux ans après la liquidation de l’entreprise Ardennes-Forges à Nouzonville, dans les ­Ardennes, qui avait repris pour quelques mois les installations de Thomé-Génot, les 47 travailleurs avaient enfin pu recevoir leurs indemnités de licenciement. Mais le régime de garantie des salaires, les AGS, en a toujours contesté le montant et tente aujourd’hui de contraindre les salariés licenciés à rendre un trop perçu allant de 6 000 à 24 000 euros par personne.

Ayant fait connaître à la presse la menace qui pèse sur eux, les travailleurs viennent d’obtenir des AGS un moratoire jusqu’à ce que la Cour de cassation rende son avis à la rentrée.

Réclamer une partie de leurs indemnités à des travailleurs qui les ont de toute façon déjà utilisées du fait qu’ils n’ont, pour la plupart, pas retrouvé d’emploi, c’est une honte !

Correspondant LO