De Rugy au perchoir : un grimpeur qui sait rouler

05 Juillet 2017

Après un parcours plus que tortueux, François de Rugy a enfin réussi à accéder au perchoir – c’est ainsi que l’on désigne le poste de président de l’Assemblée nationale. Ce n’est pas rien puisqu’il devient ainsi le troisième personnage de l’État.

Parcours tortueux, puisque de Rugy a été député écologiste, grâce à un arrangement avec le Parti socialiste. Ensuite, il a quitté EELV pour se rallier à la majorité détenue alors par le PS, sous l’égide du tandem Hollande-Valls. Il a participé à la primaire de la gauche, s’engageant publiquement à la télévision, devant des centaines de milliers de téléspectateurs, à soutenir le candidat vainqueur de cette épreuve, en l’occurrence Benoît Hamon, avant de retourner sa veste, quelques jours plus tard, rejoignant les marcheurs de Macron.

Il était entré dans la carrière en proclamant, comme tant d’autres de son acabit, qu’il serait l’incarnation d’une façon nouvelle de faire de la politique. Son parcours est l’illustration assez banale que ces jeunes loups aux dents longues ressemblent à leurs aînés : sans scrupules et sans noblesse, même affublé d’une particule.

J.-P.V.