Affaires : ministre embarrassée

05 Juillet 2017

Alors que la ministre du Travail continue ses rencontres servant à faire passer comme le fruit d’une concertation sa future loi El Khomri XXL contre le monde du travail, des soupçons croissants de délit de favoritisme contre des cadres de Business France, alors qu’elle en était la directrice, ont poussé le parquet à ouvrir une enquête.

La défense initiale de la ministre est de plus en plus mise à mal. Il semble se confirmer qu’elle a conservé le plus longtemps possible des informations compromettantes avant de déclencher un audit interne qui a abouti à une enquête de l’Inspection générale des finances concluant à un possible délit de favoritisme.

À l’origine de l’affaire, une rencontre promotionnelle à Las Vegas, le 6 janvier 2016, où Macron encore ministre de l’Économie a réuni devant la presse internationale 500 patrons de la high-tech française dans un hôtel loué à prix d’or. Le coût de l’opération publicitaire, facturée initialement 381 759 euros à Business France par la société Havas qui avait obtenu le marché sans appel d’offres, a finalement été réduit à 290 000 euros.

Ce n’est encore qu’une paille à côté de ce que les cadres de l’appareil d’État ont l’habitude de prélever sur les deniers publics pour satisfaire les capitalistes de tout poil. Mais cette petite sauterie coûteuse est en tout cas bien typique de leurs mœurs politiques.

Gilles BOTI