MCSyncro – Chanteloup : la grève reprend après les congés

04 Janvier 2017

Lundi 2 janvier, au redémarrage après les fêtes, les ouvriers de MCSyncro dans les Yvelines ont repris leur grève, lancée le 5 décembre, pour l’embauche de tous les intérimaires, 200 euros d’augmentation et 1 000 euros de prime annuelle.

Vendredi 23 décembre, dernier jour de travail de 2016, ils ont appris que le tribunal de Valenciennes refusait d’examiner leur demande de condamner MCSyncro pour l’embauche de travailleurs détachés et intérimaires destinés à les remplacer pendant la grève et produire les 5 000 roues montées livrées chaque jour à PSA Poissy.

Comme celui de Versailles, précédemment saisi, le tribunal a invoqué des questions de forme. Cette fois, ce sont les statuts de l’union locale CGT qui l’ont inspiré. Il y est dit « Le secrétaire général et les autres membres du bureau disposent d’un mandat permanent d’agir et de la représenter en justice. » Le tribunal en a conclu que le secrétaire général ne pouvait pas aller en justice seul mais devait le faire avec tout le bureau !

Au-delà de la leçon de français, les grévistes ont senti que la justice n’était pas pressée de leur dire si oui ou non MCSyncro était dans l’illégalité avec ses manœuvres pour tenter de briser leur grève. Loin de les abattre, cela les a déterminés à continuer.

Constatant que les ouvriers recrutés, en général non francophones, venaient de Flandre belge, d’Allemagne, d’Espagne, de Hongrie, de Tchéquie... ils ont mobilisé leurs ressources, celles de leurs amis et, au pire, Google traduction, pour leur adresser un court texte dans leur langue expliquant les raisons de la grève.

Et ils ont apporté de nouveaux moyens de chauffage et de cuisson, histoire de bien montrer leur détermination.

Correspondant LO