Smic : pas de cadeau

30 Novembre 2016

Le smic n’augmentera vraisemblablement pas en janvier 2017. En tout cas, pas plus que l’inflation, soit moins de 0,6 %. Pour la cinquième année consécutive, les deux millions et demi de travailleurs pauvres payés au smic se verront infliger, une fois de plus, cette marque de mépris.

Ce sont quelques experts, membres de grandes écoles ou d’organismes spécialisés dans l’économie, qui préconisent l’absence de coup de pouce et jugent raisonnable de bloquer le salaire minimum à moins de 7,50 euros net de l’heure, 1 142 euros pour 35 heures. Aller plus loin, alors que, comme ils le disent, « tous les indicateurs ne sont pas au vert », à commencer par le chômage des jeunes, serait courir un risque de déstabilisation. Comme si les patrons, qui ont tout à gagner à maintenir les salaires au plancher grâce aux exonérations de cotisations dont ils bénéficient jusqu’à 1,6 smic, allaient embaucher davantage avec un smic bloqué !

Fillon, désormais candidat de la droite, affiche même l’intention de revoir à la baisse le mécanisme de revalorisation afin qu’il « prenne en compte la pression concurrentielle internationale », autrement dit de tout faire pour baisser encore la faible part que le patronat concède aux travailleurs qui fabriquent pourtant leurs profits.

Entre-temps, on saura d’ici peu à combien se montera la hausse mécanique légale qui sera appliquée en janvier, sans doute quelques centimes de l’heure. À moins que Hollande, décidant de se porter candidat à sa propre succession, ne pousse l’audace, contre l’avis des prétendus experts et les souhaits du patronat, jusqu’à accorder le fameux coup de pouce, ce qui ne ferait encore que quelques centimes supplémentaires.

Viviane LAFONT