Blé : comment soigner les récoltes… et les électeurs

24 Août 2016

La région Ile-de-France, dirigée par l’élue Les républicains Valérie Pécresse, a prévu de débloquer 6,5 millions d’euros pour aider les producteurs de céréales. Cette aide s’ajoutera à celle promise par l’État fin juillet pour les céréaliers, dont la récolte au niveau national accuse une baisse de rendement d’environ 30 % en raison des pluies et des inondations.

En Ile-de-France, les pertes sont encore plus importantes qu’au niveau national, avec une baisse de volume de 50 % et une mauvaise qualité des grains, d’où cette aide régionale pour aider les producteurs à acheter de nouvelles semences, répartie en fonction du nombre d’hectares à cultiver.

Toutes productions confondues, l’Ile-de-France est une terre de grandes exploitations, avec 20 % d’exploitations agricoles au-dessus de 200 hectares, contre 4,3 % pour la moyenne nationale. Les cultures céréalières couvrent les deux tiers de la surface agricole francilienne et se prêtent bien à ce type de très grandes exploitations industrielles, très mécanisées.

Comme d’habitude, la plus grosse part des subventions ira aux plus gros producteurs. Ils ont sans doute beaucoup perdu mais ils ont pu accumuler, dans les bonnes années comme en 2012, une réserve de trésorerie non négligeable. Mais Pécresse ne pouvait pas faire moins pour satisfaire ses alliés politiques de la FNSEA, dont les dirigeants sont parmi les administrateurs de grosses coopératives agricoles et les défenseurs des industriels de l’agriculture.

Sylvie MARÉCHAL