Grande-Synthe : l’État paie… pour fermer le camp

01 Juin 2016

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, sont venus au camp de migrants de la Linière à Grande-Synthe annoncer que l’État paierait dorénavant le fonctionnement du camp, soit 3,9 millions d’euros annuels.

Le gouvernement – qui a tout fait pour que ce camp n’existe pas en lieu et place de l’ignoble bidonville qui s’était mis en place au Basroch depuis l’été dernier – ne l’a finalement accepté il y a quelque mois que du bout des lèvres. Il a laissé la mairie de Grande-Synthe et Médecins sans frontières l’organiser, avec 384 petites cabanes de 7 m2 et des sanitaires, et en prendre la charge.

Maintenant, il arrive pour payer et fermer le camp au fur et à mesure des départs. L’accord prévoit la scolarisation des enfants – ce qui est quand même un minimum – et l’installation d’un poste de police pour « lutter contre les passeurs ».

Mais qui est responsable du pouvoir des passeurs sinon ceux qui ferment les frontières, en particulier de la Grande-Bretagne, ainsi que ceux qui, comme la France, participent à des guerres obligeant des populations entières à migrer ?

Loin de renoncer à sa politique d’opposition aux migrants, le gouvernement la poursuit à Grande-Synthe.

Correspondant LO