Dans la région de Marseille

01 Juin 2016

Autour de l’étang de Berre comme de Marseille, durant la dernière semaine de mai les grèves, blocages et rassemblements se sont multipliés.

Lundi 23 mai, au rond-point Saint-Gervais de Fos-sur-Mer, des militants avaient installé des piles de pneus pour barrer l’accès au dépôt pétrolier de Fos où s’approvisionnent les camions-citernes. Les CRS ont mis fin à ce blocage à coups de lacrymogènes. Mais le fonctionnement des raffineries est pour le moins perturbé par des grèves.

Jeudi 26, il y avait au fond de la rade quinze navires pétroliers qui ne pouvaient pas charger ou décharger leur cargaison, ainsi que quatorze autres bloqués eux à quai, car les travailleurs de Fluxel, la filiale hydrocarbures du Grand port maritime de Marseille (GPMM) étaient en grève.

Dès 6 heures du matin, à 500, des dockers de Fos, des ouvriers de Filpac (le Livre), de la pétrochimie, des militants CGT, CNT, Solidaires et JC, bloquaient deux ronds-points de la zone industrielle de Vitrolles, l’Anjoly et Les Estroublans. Ils distribuaient des tracts aux automobilistes, des travailleurs à cette heure matinale, puis toutes les cinq minutes, retiraient les palettes pour les laisser passer au compte-gouttes. Il y avait bien plus d’automobilistes qui klaxonnaient leur soutien que d’énervés qui insultaient les manifestants.

Mais un conducteur de semi-remorque a foncé pour forcer le passage qui se refermait après avoir laissé passer un couple avec sa petite fille. Un militant de Filpac et une militante de l’UL de Vitrolles, travaillant à La Poste, ont été gravement blessés. Le poids lourd a accroché la voiture dont les passagers ont été choqués. Puis il a percuté l’arrière des voitures qui se trouvaient devant lui. Les militants l’ont sorti manu militari de la cabine. Il a été récupéré par la police.

À Fos, où l’un des ronds-points était aussi bloqué, un militant a été blessé par un conducteur énervé.

À Marseille, les manifestations se sont succédé dans une ambiance moins tendue, mais tout aussi déterminée. Mercredi 25, une manifestation de cheminots, de salariés de l’ex-SNCM, et du port, était partie de la place Castellane pour bloquer le tunnel Prado-Carénage, malgré les lacrymogènes des CRS. Finalement les usagers avaient pu emprunter le tunnel pour une fois gratuitement. Jeudi 26 au matin, quelques centaines de manifestants de la FSU, Sud, CNT, se sont regroupés devant le Medef, en bas de La Canebière, puis ont rejoint le rassemblement CGT à la Joliette, se retrouvant à 2 000. Pendant ce temps, à l’appel de FO, quelque 500 manifestants bloquaient le tunnel sous la gare Saint-Charles. Vendredi 27, un rassemblement de 1 500 personnes, surtout des travailleurs et militants d’Air France, envahissait le hall 4 de l’aéroport de Marignane, en soutien aux militants condamnés pour une chemise déchirée.

Correspondant LO