Air France : non aux sanctions

01 Juin 2016

Plusieurs centaines de personnes, des travailleurs d’Air France, des délégations de plusieurs entreprises et unions locales des syndicats CGT, FO et Sud, ainsi que des syndicats du personnel navigant commercial et des pilotes de la compagnie, étaient rassemblées vendredi 27 mai devant le tribunal de Bobigny.

Seize salariés d’Air France y étaient convoqués par la justice à la suite des incidents « de la chemise » lors du CCE du 5 octobre 2015, où la direction allait annoncer 2 900 suppressions d’emplois et des licenciements secs.

Le film Comme des lions sur la grève des travailleurs de l’usine PSA-­Aulnay en 2013 a été projeté en plein air, de nombreuses interventions ont eu lieu, dénonçant les attaques en justice qui se multiplient contre les militants syndicaux et tous ceux qui relèvent la tête.

Depuis que la direction a choisi d’attaquer seize travailleurs, qui étaient présents à la manifestation du 5 octobre, il s’est avéré qu’elle n’a aucune preuve qu’ils aient quoi que ce soit à voir avec les accusations, alors qu’elle a déjà licencié quatre d’entre eux. De plus, on a appris depuis, grâce à des reportages et à des témoignages que, juste avant la manifestation du 5 octobre, la direction avait fait installer de nouvelles caméras, la veille et l’avant-veille, à l’extérieur de la salle où devait se tenir la réunion, et elle avait laissé entendre que les grilles d’accès au siège où se tenait la réunion seraient ouvertes, alors qu’elles ne l’ont pas été. La CGT d’Air France attaque la direction en l’accusant d’entrave au fonctionnement du CCE et d’utilisation abusive des sociétés de gardiennage contre la grève. Les avocats de la défense des salariés menacés de sanction ont demandé que les deux affaires soient liées, ce qui sera peut-être le cas au mois de septembre.

En fin de matinée, ils ont appris que le procès était reporté les 27 et 28 septembre. Il n’empêche que si la justice a le temps, il n’en est pas de même pour les travailleurs concernés. Leur situation et celle de leurs proches sont intolérables. Ils ne doivent pas attendre des mois pour être réintégrés et assurés de garder leur emploi. Toutes les sanctions doivent être levées. Sans attendre les 27 et 28 septembre, il faudrait profiter des prochaines mobilisations pour remettre la question sur le tapis.

Correspondant LO