Climat : de Paris à New York, on brasse du vent

27 Avril 2016

Une cérémonie a été organisée le 22 avril au siège des Nations unies, à New York, pour la signature ­officielle de l’accord international sur le climat.

La COP 21, qui s’était réunie à Paris en novembre avait accouché d’un accord, que chaque délégation nationale avait d’autant plus approuvé qu’il n’est pas contraignant. Ce n’est donc pas une surprise que les dirigeants de 175 pays aient apposé leur paraphe sur un document qui proclame que le réchauffement est un réel problème pour l’humanité, sans implications concrètes immédiates.

Cette cérémonie a été l’occasion pour Hollande de se mettre en scène en donneur de leçon, ce qu’il a de plus en plus de mal à faire sur la scène intérieure. En pontifiant sur la nécessité « d’aller plus loin même que les promesses qui ont été faites », il a implicitement reconnu que la COP 21 n’a produit jusqu’à présent que du vent.

Comme la COP 21 de Paris, ce spectacle de New York montrant des dirigeants soucieux de l’évolution du climat est un rideau de fumée. Car ce ne sont pas les gouvernements qui dirigent l’économie de la planète. Ce sont les capitalistes uniquement préoccupés par le profit, exploitant les travailleurs et massacrant l’environnement avec la bénédiction des États à leur service.

Tant que les multinationales auront la liberté d’orienter la vie économique planétaire en fonction de leurs intérêts, aucune mesure sérieuse ne sera prise pour agir sur le climat.

Lucien DÉTROIT