Mali : troupes françaises hors d’Afrique !

20 Avril 2016

Trois soldats français ont été tués au Mali le 13 avril, dans l’explosion de leur véhicule qui a sauté sur une mine. Un quatrième a été blessé. Le groupe djihadiste Ansar Dine a revendiqué cette action, annonçant au passage la mort dans la même semaine de sept soldats maliens et de quatre soldats tchadiens.

La France a envoyé au total 3 000 militaires dans cinq pays africains, pour prétendument maintenir l’ordre et lutter contre les bandes djihadistes. Depuis l’arrivée de Hollande au pouvoir, les interventions se sont succédé au Mali et en Centrafrique. Les soldats, qui ne devaient rester que quelques mois, y sont toujours et y mènent une véritable guerre.

La présence militaire française n’a d’ailleurs jamais cessé en Afrique depuis la décolonisation des années 1960, et au total l’armée française y est intervenue une quarantaine de fois. Nulle part elle n’a contribué à instaurer la paix et la démocratie. Au contraire, ces guerres ont encore accentué la misère et le sous-développement, et c’est sur ce fond de dénuement que se sont développées les bandes djihadistes, qui trouvent des appuis dans les populations misérables livrées aux exactions de régimes dictatoriaux qui ne tiennent que parce que l’armée française est présente dans leur pays. Car si le temps des colonies est terminé, ce sont toujours les trusts français, les Bolloré et autres Areva, qui dictent leur loi dans ces pays, qui font et défont les gouvernements pour le seul profit de leurs actionnaires.

Hollande a rendu un hommage national mercredi 20 avril aux trois soldats français tués. Ils auront droit à un discours patriotique et peut-être à la remise de Légions d’Honneur à titre posthume. Mais il se gardera bien de dire que, si ces soldats sont morts et bien d’autres avant eux, c’est pour défendre les intérêts des groupes capitalistes qui pillent l’Afrique.

Cédric DUVAL