Israël-Palestine : des fusils contre des pierres

17 Février 2016

Les affrontements quasi permanents se poursuivent depuis des mois entre Israéliens et Palestiniens. C’est la guerre qui continue, en réalité.Depuis début octobre, il y aurait eu 172 tués parmi les Palestiniens et 26 chez les Israéliens, plus trois d’autres nationalités. Presque à chaque fois, des Palestiniens exaspérés par l’occupation israélienne se sacrifient en attaquant, généralement au couteau, tel ou tel militaire ou civil israélien. Aussitôt ils sont abattus par des soldats.

Le 15 février, des soldats israéliens ont pénétré dans le camp de réfugiés d’al-Amari, en Cisjordanie occupée, près de Ramallah. Probablement cherchaient-ils un dirigeant palestinien. Ils se sont affrontés à des centaines de jeunes lançant des pierres. L’armée a tiré à balles réelles ou caoutchoutées, faisant 28 blessés. Un soldat israélien a semble-t-il été sérieusement blessé par une pierre.

Le camp d’al-Amari est situé, selon le découpage en vigueur, dans la zone sous contrôle de l’Autorité palestinienne, mais l’armée israélienne montre aux yeux de tous qu’elle fait ce qu’elle veut partout en Cisjordanie. La disproportion des moyens de combat, et par conséquent du nombre des victimes, est flagrante. Mais cela n’empêche pas continuellement des Palestiniens de se révolter.

Autrefois, les dirigeants sionistes expliquaient que la création de l’État d’Israël devait permettre au peuple juif de vivre à l’abri, en sécurité. Mais la politique colonialiste et raciste de ses dirigeants a entraîné non seulement une hécatombe et des conditions de vie très dures chez les Palestiniens, mais aussi une insécurité permanente pour les Israéliens. Et elle contribue à maintenir dans l’impasse l’avenir d’Israël et de la Palestine.

André VICTOR