Boulangerie Paul : des grumeaux dans la pâte

17 Février 2016

Samedi 13 et dimanche 14 février, 19 magasins Paul étaient en grève dans la région parisienne contre une réorganisation qui va aggraver les conditions de travail.

Le groupe Holder, qui détient ces boulangeries et qui affichait un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros en 2014, a décidé de passer en location-gérance 70 magasins sur 135 en Îlede- France. Pour le patron du groupe, cette opération est tout bénéfice. Il est assuré de voir son chiffre d’affaires se maintenir. La location- gérance n’est pas une franchise et Holder, le PDG, peut récupérer ses magasins quand il veut. Le locataire- gérant devra verser une redevance au groupe et respecter un cahier des charges. Les salariés craignent à juste titre que, pour faire face aux exigences du groupe, le locataire- gérant soit contraint de faire des économies à leur détriment.

Ainsi la boulangerie Paul de Saint-Denis était en grève à l’unanimité les 13 et 14 février. Les 25 salariés de cette boulangerie, qui approvisionne également des magasins Paul voisins, ne veulent pas faire les frais de l’opération. Les plus anciens, dont les salaires sont les plus élevés, craignent d’être poussés vers la sortie. Si, dans un premier temps, leur nouveau patron ne pourra pas toucher à leurs acquis, i ls savent qu’au bout de quinze mois rien ne l’en empêchera.

Ces deux jours de grève étaient un coup de semonce.

Les salariés attendent le comité d’entreprise du 21 février pour savoir si le PDG renonce à son projet, en restant vigilants et en ne comptant que sur leur mobilisation.
 

Correspondant LO