OMS Synergie - Paris Habitat : la lutte continue

20 Janvier 2016

Une cinquantaine de salariés de la société OMS Synergie, qui font le ménage dans les immeubles locatifs gérés par le bailleur social Paris Habitat, à Paris 20e, sont en grève depuis le 21 septembre, contre leur patron qui les paie avec retard et méprise nombre de leurs droits.

Les grévistes et ceux qui les soutiennent ont organisé le 31 décembre un réveillon très festif et réussi devant la mairie du 20e arrondissement, l’un d’eux déclarant alors : « Contre l’exploitation des patrons on s’est réveillé, ils croient qu’on ne sait rien, c’est une révolution qui finira par les balayer comme le typhon. »

Les interventions des grévistes visent à dénoncer leur patron partout où il a des marchés, afin de l’obliger à négocier. Ils l’ont fait vis-à-vis du groupe hôtelier Accor. Le 13 janvier, venus avec deux bus, ils ont manifesté à Évry devant Accor Academy qui forme les cadres du groupe. Malgré le froid, les slogans « OMS voyou, Accor complice » et la musique ont chauffé l’ambiance.

Le patron, après quatre mois de grève, a accordé… des machines à laver pour nettoyer les vêtements de travail, et il ne propose qu’une augmentation de 4 centimes de l’heure, soit 6 euros par mois et 732 euros pour compenser quatre mois de grève. Mais OMS voudrait en plus que les salariés retirent leur procédure engagée devant les Prud’hommes, tout en maintenant de son côté les procédures patronales visant au licenciement des délégués.

Les grévistes continuent leur lutte et dénoncent la complicité du donneur d’ordre Paris Habitat, présidé par Roger Madec, ancien maire PS du 19e arrondissement. Paris Habitat, établissement public, comme le groupe Accor, recourt à la sous-traitance et aggrave les conditions de travail et de rémunération des salariés travaillant sur leurs sites.

Ne désarmant pas, les grévistes avaient prévu, le 20 janvier, une nouvelle manifestation allant du siège de Paris Habitat à l’hôtel de ville de Paris.

Correspondant LO