Marseille : le bâtiment va, les patrons pleurent

20 Janvier 2016

Les grands chantiers succèdent aux grands chantiers à Marseille, mais si l’on en croit les patrons du bâtiment, ceux-ci n’y auraient rien gagné, au contraire.

Après celui des hypertrophiques Terrasses du Port, d’autres grands chantiers sont en cours dont, entre autres, un grand centre commercial avec des immeubles autour du stade Vélodrome, et une nouvelle tour dans le quartier rénové de La Joliette.

À la fin de chaque chantier les responsables déclarent, à qui veut l’entendre, mais surtout à l’adresse des ouvriers, des intérimaires, des sous-traitants, des ouvriers déplacés ou des embauchés : « Dans ce chantier, nous avons perdu beaucoup d’argent. »

Comment des trusts milliardaires tels Vinci, Bouygues ou Eiffage, qui bénéficient souvent des aides financières de la mairie, de la région ou du département, peuvent-ils s’en tirer si mal « à chaque chantier » ?

La traduction est immédiate pour ceux qui savent décoder le langage patronal : « Au prochain chantier, si vous voulez être embauchés, il va falloir travailler encore plus et plus vite ».

Les ouvriers, eux, savent très bien ce qu’ils ont subi dans ce chantier prétendument pas rentable.

Les horaires changent chaque jour selon les aléas, avec les chefs qui décident de faire venir les ouvriers plus tôt le matin ou de les faire rester plus tard le soir ou les deux le même jour. Ils peuvent venir dire en fin d’après-midi : « Les gars, il faut finir aujourd’hui », alors que chacun est sur le point de partir pour rentrer chez soi, après une journée harassante.

C’est le chariot Manitou qui n’est pas là et il faut transporter à la main les agglos, « parce que c’est pressé ».

Les coffreurs ou les maçons se retrouvent souvent à travailler seuls, sans compagnon, au mépris de toutes les règles de sécurité ; sécurité que les patrons, au début de chaque chantier, demandent de respecter, mais sans en donner les moyens.

Sans parler des étages à monter avec un seau de mortier dans chaque main, ou des heures passées au marteau piqueur, bien au-delà de la durée légale de ce travail.

Voilà comment les ouvriers de ces chantiers ont gagné beaucoup de fatigue et connu des risques pour... remplir les poches de ceux qui prétendent avoir perdu beaucoup d’argent.

Correspondant L.O.