TVA sur les protections périodiques : première nécessité fait (enfin) loi

16 Décembre 2015

À la suite d’une mobilisation de collectifs féministes, et bien après d’autres pays occidentaux, la TVA sur les protections périodiques féminines vient d’être ramenée par les députés de 20 % à 5,5 %.

Il aura fallu du temps pour que ces messieurs admettent que les tampons et protections hygiéniques sont sans conteste des produits de première nécessité… pour la moitié de la population ! Soulignant le coût de cette mesure pour le budget de l’État, 55 millions d’euros de non-recettes, le secrétaire d’État s’était ridiculisé en craignant que la baisse de la TVA sur ces produits n’ouvre sur d’autres demandes de TVA réduite, pour les parcs d’attraction ou… l’entrée des grottes.

À présent, le ministre a trouvé comment compenser cette perte budgétaire, mais pas au point d’accepter, comme le proposaient les sénateurs, que les protections hygiéniques pour personnes âgées bénéficient de la même TVA réduite. En plus d’être machos, les ministres et les députés sont-ils antivieux ?

V.L.